Narration proleptique

Publié le par Sherwood

En effet, ça faisait si longtemps que je n'étais pas venue visiter mon blog que j'ai même cru dénicher une perle de littérature drolatique en tombant par hasard dessus.

Nan j'déconne, il est introuvable.

Je n'avais pas changé la citation d'accueil depuis tant de lustres que les ampoules en étaient grillées (ouais alors cette comparaison est vraiment foireuse en fait).

 

Et comme toujours, je vais vous relater mes aventures.

Passant mon temps à des activités futiles, sottes et grenues, je n'ai pas souvent l'occasion de narrer des choses chouettes. De surcroît, je suis sérieusement sur le point de me convertir en MisanthropeMan, le super-héros qui n'a qu'une envie : éclater tout le monde.

 

C'est leur faute aussi, ils sont stupides. Ce serait pour le bien public. Le bien des gens un peu moins stupides. Ce qui représenterait pas des masses de la masse.

 

Cette fois, c'était pour la fête française, un truc avec, il me semble, un défilé de militaires et un feu d'artifice. Deux choses que j'abhorre peut-être davantage que les mômes et les fraises Tagada.

Je me demande d'ailleurs ce que je choisirais entre manger des tagada ou aller voir un feu d'artifice, dans le genre torture à choix multiple. Une question infiniment absurde qui va encore me tenir éveillée des heures ça...

 

Lors de la fête française, donc, je décidai de fuir ce pays pour me rendre en Espagne. Faut tout de même se mettre le front en face des rides et s'avouer que ça faisait trois ans que j'avais pas mis les pieds dans la ville de la grenouille. Ni dans une quelconque ville ibérique, mais le reste je m'en fiche. D'ailleurs le monde entier répond "Barcelone" quand il entend "Espagne". Je sais même pas où c'est, Barcelone, mais à mon avis, c'est vigousement plus touristique que Salamanque, et c'est pas rien. En tout cas, ça m'a tout l'air d'être bien plus connu, et donc sans doute plus fréquenté. Parce que les Gens, ils savent même pas où se trouve la Castille-et-Léon (je viens d'en découvrir le nom français et je trouve ça assez vomitif).

 

Je tiens ici à mettre à jour mes connaissances. Je pensais que l'université de Salamanque était la plus vieille d'Europe (et donc du monde ?), mais non, c'est celle de Bologne*, fondée en 1088, contre 1130 pour Salamanca (plus vieille d'Espagne quand même, mais c'est que dalle l'Espagne, surtout au niveau universitaire...). Et c'est en 1150 qu'arrive celle de Paris. Puis en 1166 Oxford, voilà les 4 plus vieilles facounettes, celles qui ont donc les amphis les plus tagués (ha ouais ? Comment vous pouvez savoir qu'ils gravaient pas des bites dans le bois des bancs de Bologne ?).

 

Bon mais t'façon on s'en balance de la fac, la vue de la célèbre grenouille ne me permettra pas d'obtenir mon année scolaire puisque les études ne veulent plus de moi maintenant.

C'est pourquoi je souhaitais apercevoir d'autres bestioles emblématiques. Enfin, pour moi. Puisqu'on regrette toujours ce qu'on a connu, et que ça devient plus fort encore à mesure que le temps passe. Moi, je voulais voir les fameuses cigognes, qui glottorent dans le ciel, des gros bestiaux avec des grandes papattes dont on entend les ongles sur le toit de la bibliothèque. Mais si quoi, des cigognes !

  100_4934.JPG

Bin j'en ai pas vu.

Si, cinq, le dernier jour du court séjour. Je suis sûre qu'elles se sont dit "allez quoi on va se montrer deux minutes qu'elle se mette pas à chouiner...". Mais cinq cigognes ! C'est... c'est peu, comparé aux tripotées de mes souvenirs. Ai-je rêvé jadis ?

 

100_4901.JPGVoilà, j'ai fait 2 jours de train rien que pour ça. Ha oui moi j'ai la frousse dans l'avion. Dans l'ascenseur aussi, tout à l'heure j'ai pris un ascenseur pour monter NEUF étages. Il était transparent. J'ai cru que mes viscères restaient au rez-de-chaussée. Bon, la vue de Paris du haut de l'Institut du monde arabe ça vaut le coup. Mais l'escalier me semblait très accueillant.

 

Bref, je divague, le train, les cigognes, mais non, je ne suis pas partie juste pour ça. Je tenais à faire étalage de mes talents de guide touristique, parler des péchés estudiantins et des arches salmantines (la photo à gauche là oui). Nous avons vu des faluchards, comme à Poite, mais en plus folklorique, qui jouaient de la musique et chantaient. Bu des tas de chupitos de toutes les couleurs. Eu chaud entre les grosses pierres beiges. Mangé des churros et mâché du vrai chocolat chaud comme c'est ainsi qu'il est bon.

Et repris le train sans gruger cette fois (hin hin...)

 

 

*Bologne, c'est en Italie, je précise pour ceuxes qui connaissent ça juste pour la sauce à spaghetti. C'est là qu'a été créée récemment une loi sur les universités non ?

Publié dans Salamanca_la ciudad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article