Momate

Publié le par Sherwood

Chose promise, chose due. Et un "prends ça !" vaut mieux que deux dûs. Voici donc la tomate. Le titre est un clin d'oeil à Jambon (vous savez, mon petit frère... comme c'est étrange d'écrire ça) ; quand il était petit, enfin, encore plus que maintenant, il ne disait pas "tomate" mais "momate". Ce mot est resté dans la famille (étrangeté quand tu nous tiens). Tiens, ça me fait penser au Tripal de Zvan ! Si vous voulez savoir ce que c'est... demandez-le lui. Ou conjecturez donc ici tiens, ça fera un sujet de causerie.

Mais poursuivons dans l'étrangeté de mes dires écrits : cette momate poussa à Saint Xandre (là, grande question sur le comment se prononce le X, personnellement je change une fois sur deux), ville (village ? bled ? hameau ?) non loin de Hell, oú vivent mes grands-parents (parents de G.O., lui vous savez qui c'est). Personnes qui ne liront jamais ce blog, mais qui ont vu la photo. Et qui font pousser des légumes. Et j'ai pris pour cadre leur jardin, cette journée-là.


Publié dans Hell Air

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hervé 21/08/2008 21:36

là le correcteur, dû au masculin et due au féminin.
donc pas dûe, encore moins düe, ni dhu ou duh. bref, la pseudo parisienne qui prend les produits de la nature en photo :)

Sherwood 21/08/2008 21:42


Peuh, les glaires du cancrelat n'atteignent pas les chevilles du noir corbeau. Et si tu n'aimes pas prendre de photos, n'en prends pas. Tu sais très bien que je prends tout autant, voire plus, des
photos de la ville, de la tour Eiffel et caetera. Skuns le dise !


Laurie 20/08/2008 22:55

Ici la correctrice, bonsoir !
On écrit dû, mais due.
Voilou ^^

Signé : la lourde de service, qui trouve, cependant, ta photo jolie !

Sherwood 21/08/2008 21:43


merci, il en faut bien qui remarquent. Je corrige, et je tente de m'en souvenir...