Vuelta.

Publié le par Sherwood

Voilà les enfants. Je suis de retour dans ce pays glauque, et pour le moment, (jusqu'à quand ?) je suis sur Roberto. C'est pour cela que je ne moutonne pas pour l'instant, mais ne vous tourmentez point, dès que Lazaro l'Espagnol est branchable, je vous en concocte.
C'est aussi pour la raison Robertesque (Roberto étant un Français en azerty) que je tape à la vitesse d'un GO au galop (GO tapant avec des moufles, enfilées par-dessus ses chaussettes). Eh oui, les bonnes habitudes se perdent, pourtant j'adore ce clavier silencieux (les claviers "à part" des ordis fixes faisant un boucan impossible, comme vous les savez).
Mais on n'est pas là pour causer clavier. Non, juste pour vous informer que je n'ai pas (encore) mouru, et que je vais tenter de continuer tous mes blogs, internet et ordinateurs pas conciliants étant des niveaux de difficulté à passer en sus.

Dédicace à Sébinou, vue de Saint Jean de Luz, où nous passâmes lors du Grand Retour. Une maison à encorbellement. Pour info : il n'y en a qu'une seule et unique à Poite, elle est rue-qui-descend-très-fort (rue de la Chaîne), là où il y a la cordonnerie.
Là bas, il y en a tout plein. C'est une ville touristique, avec plage, vent maritime et soleil estival. Vous comprendrez que pour toutes ces raisons je n'en parlerai pas plus.

Poutous !

Publié dans vaguement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article