petite excursion

Publié le par Sherwood

Voilà, le Sébinou m'a abandonée mais c'est pas grave. Nous sommes partis avant-hier tous deux pour une petite excursion autour du Duero, le fleuve de la province de Salamanca, qui sert de frontière naturelle avec le Portugal (où, il me semble déjà l'avoir dit, il se nomme Duro). Comme vous vous en doutez, nous ne savions pas où aller, nous avons suivi au hasard les routes et les directions qui nous bottaient. Elle est toujours aussi costaude, son AX.

S7302864.JPGVotre narratrice a donc pu vaillament escalader d'immenses rochers recouverts de lichen...
Hum, je me suis égratigné les genoux parce que j'arrivais pas à soulever mes grosses fesses.

Mais j'ai de belles photos (dont une qui est ma préférée que vous ne verrez pas ici parce qu'elle me représente).

Nous avons été jusqu'à Miradouro, au Portugal, pays à la langue bizarre : c'est de l'espagnol avec des grésillements de radio dessus. Mais ça se comprend (tout comme l'Italien, je viens d'avoir la mère de notre colocataire au téléphone...)

J'ai vu en vrai des arbres à bouchons (des chênes-lièges), c'est fort joli : sous le phelloderme le liber est tout rouge (fallait bien que je mette des jolis mots). Mais j'imaginais ça vraiment mou, comme un bouchon de bouteille, alors que  c'est tout de même dur.coucher-de-soleil-portugais.JPG
Ici le coucher du soleil au Portugal -------->

Puis nous sommes revenus en Espagne, à Cabeza de Caballo, quel chouette nom. Nous avons dormi dans la voiture en mode salon et j'ai eu le bras ankylosé toute la matinée.

Le lendemain matin, voulant remonter le Rio de las Uces afin d'aller voir la cascade en photo dans le guide touristique, j'ai dû braver les éléments déchaînés -il a plu sur le chemin du retour et il y a eu du vent-, affronter les animaux sauvages -découvrir que j'avais peur des vaches, mais au moins j'en ai vu (boutade souvenir...)-, visiter -à 10 mètres de distance, on ne sait jamais avec les bêtes en masse hein- un troupeau de moutons, franchir sans vergogne des barrières -"haaaaa mais nan mais arrête si il y avait des vaches, hein ? J'ai peur !"- , admirer les rapaces et les cigognes -bon, pour ceux qui me connaissent les cigognes c'est comme les vaches et les écureuils, j'ai attendu 18 ans pour en voir-, traverser des gués sur les mêmes rochers merveilleux et finir par ne plus sentir mes doigts, engourdis par la pluie et le vent.
S7302969.JPG
Point de cascade, c'était de la publicité mensongère, mais admirez comme c'était joli !

Je vais voir si je mets des photos dans un album, il me semble que je ne peux plus, saleté d'informatique.


Le plus beau pour la fin : c'était le 21 mars, jour du printemps paraît-il. Et il a NEIGÉ ! Pas comme avant, non (écouter "neige" de dionysos, pour ceux qui ne saisissent pas), mais quelques flocons quand même. Chou !


Voilà c'étaient les aventures d'une citadine dans la nature...

Publié dans alrededores

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hervé 24/03/2008 15:38

maintenant tu nous racontes tout en carte postale. mmm