escuelas mayores

Publié le par Sherwood

Eh oui, les habitués (vous vous reconnaîtrez, mais il y a entre autres Laurie et Vévé... uhuh), vous allez râler, dire qu'elle a pas blogué de la semaine, et même pas changé la phrasounette d'accueil... Eh bien fiigurez-vous, même pire, qu'elle a demandé un soir au Sébinou qu'il lui nourrisse le personnage virtuel (oui, le Sherwood est inscrit à quinze mille jeux, et il faut nourrir certains), car elle s'est couchée sans sa dose de net. Mais que lui est-il arrivé ? Une semaine de cours, mes enfants ! Une vraie, de quatre jours, avec des Travaux Pratiques l'après-midi. Mais aujourd'hui, tout s'est terminé. Alors je saute de joie, parce que j'ai eu une journée chouette.
Enfin, la chouetterie a commencé vers 17h, quand nous avons fini de bâcler les TP et que nous nous sommes rendus compte qu'on avait réussi deux expériences seulement dans toute la semaine. Mais qui dit TP dit trucs et machins. Je me suis refait une collection d'embouts de crayon (pratique quand ils sont trop petits, on ajoute au bout une pointe de pipette), une culture de pois chiches (avec diverses concentrations de giberrelines), une boîte de pétri et j'ai rempli un de mes tubes Eppendorf d'agar-agar amidonné bleui par le lugol. Pardon les anti-bio (tiques, mouarfounet), mais je suis contente. Malgré une question qui m'a turlupinée dès potron-minet (oui, au réveil j'ai eu cette interrogation qui s'est immiscée dans mon esprit) : "Qu'est-ce qu'il a fait dans sa vie, Eppendorf, à part des tubes ?" Je chercherai, parce que ça me tracasse.
J'ai également appris un proverbe Italien : "Tira di piu un pelo di figa che un carro di buoi", qui existe en Espagnol sous la forme : "Tiran mas dos tetas que dos carretas". Non, vous allez traduire comme des grands (en Allemand, en Chinois, en Anglais, allez, allez, instruisez-moi !) parce que ce n'est pas classe du tout. Eh quoi on a sa réputation de Sainte-n'y-touche à sauver (quoi, c'est plus la peine ?)
Puis, sur le chemin du retour, j'ai croisé un groupe de câlineurs et j'ai trouvé ça chou comme tout. "Dame un abrazo !" mais bien entendu !
Ensuite, je fus à une représentation de shamisen, car c'est la semaine hispano-japonaise, alors ils dansent le flamenco en kimono et ils jouent de cet instrument que je n'avait jamais vu ni entendu. Un truc avec un manche, un tambourin et trois cordes, qui se joue avec les doigts et une plaquette. Bojiémoy ça n'a pas l'air d'être particulièrement fado.

Mais en fait je voulais vous montrer une photo de las "escuelas mayores" (la place où il y a la grenouille, quoi !) qui représente les vices des étudiants (ha ha on y vient)undefined.
































De haut en bas et de gauche à droite : la paresse, la masturbation, les prostituées, l'alcool.
Bien entendu, c'est gravé là depuis 1529 pour montrer qu'il ne faut pas faire ça, ouh, pas bien. Je me mets à aimer les vieilles pierres, guidée par la sapience du Sébinou.
..

Publié dans Salamanca_la ciudad

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Laurie 09/03/2008 15:50

Mouais, ben heureusement que tu précises les vices, parce que sans ça, j'aurais pas su ce que les statues représentaient !

Sympa la vidéo du porron ! ;-)

hervé 07/03/2008 11:12

il en faut peu pour t'émerveiller: des pointes de pipette, des sculptures vicieuses... et bin ça promet

Sherwood 07/03/2008 22:32

"Ne s'émerveiller de rien est beaucoup plus bête que de s'émerveiller de tout". (Fiodor Dostoïevski)Et toc !