Frases que hay que evitar decirle a un universitario

Publié le par Sherwood

Pour vous expliquer en toute sympathie qu'en théorie je devrais être en train de réviser, je me suis amusée à traduire une chaîne espagnole meussnique. La vulgarité est moins choquante en VO il me semble. Ou alors c'est que je suis vraiment très prude (mais ça on le savait ! SEIZE points !)


Phrases qu'il faut éviter de dire à un étudiant :

    “T'en fais pas, c'est sûr que la prochaine fois t'y arriveras !”
: Nous savons que ce n'est pas vrai, vous savez que ce n'est pas vrai… ¿Pourquoi donc le dites-vous ?. C'est une insulte a notre état émotionnel d'essayer de nous motiver avec ce genre de phrase fausse. La seule réponse valable serait : “¡Va te faire voir,  connard !”, mais comme nous sommes polis et que nous sommes enfoncés dans la merde nous répondons par un timide :  “Oui, la prochaine fois, c'est sûr”. Le silence est meilleur, ne vous en faites pas, nous savons que vous ne nous comprenez pas, alors ne vous forcez pas parce que c'est pire.

    “¿Alors, cet exam' ?”: MAL, l'examen s'est MAL PASSE, sale remueur de couteau dans la plaie. ¿Pourquoi tu demandes ?. ¿Pour profiter de mes malheurs ?. ¿Pour dire “T'en fais pas, c'est sûr que la prochaine fois t'y arriveras !” ?. Ca ne se demande pas, et la seule chose qui pourrait nous aider à sortir du trou serait des sous et du chocolat *. Si vous n'êtes pas disposés à nous offrir ça, gardez vos distances et ne vous réjouissez pas de notre infortune.

*chocolat, je ne sais pas s'il faut ici le traduire par "shit"... en même temps, vu le style du texte, l'étudiant en question doit préférer l'herbe au banania...

    “¿ Mais t'as toujours pas fini tes études ?”: Ecoute, cher fils de pute, quand on finira nos études vous le saurez, le monde entier le saura. On mettra des messages sur MSN avec tellement d'émoticônes joyeux que ça fera mal aux yeux, on le publiera dans le journal, au bulletin officiel, on fera une grande fête, franchement ON NE LE CACHERA PAS. Alors ne nous demandez pas si on a fini les études quand la réponse est forcément "non". Ceci ne fait que nous donner encore plus envie de nous suicider ou de devenir jardiniers ou n'importe quoi d'autre pour le style.

    “Mais, c'est vraiment si difficile ?”: Mais non bien sûr. C'est fado. Je m'hypotèque un demi poumon pour payer mon inscription chaque année et je me laisse mettre dans le derrière des bâtons en forme d'examens et de prises de notes toute l'année pour le plaisir. MAIS BIEN SUR QUE C'EST DIFFICILE ! C'est tellement dûr que votre esprit païen est incapable de comprendre les niveaux de difficulté et d'abstraction absurde auxquels peut conduire un cerveau humain. Je ne réponds pas de comment un autre étudiant puisse mettre en doute la difficulté d'un cursus, quel qu'il soit, l'enseignement primaire ou la philosophie comportent leurs difficultés, parce que pour étudier toute la journée dans la cafèt' ou aller en cours défoncés, ça doit être parce que à la longue, ou dans un état normal, les cours ne sont pas supportables.

    “¡ Le fils de Fulanita, il a fini son cursus en 5 ans pile !”: BIEN POUR LE FILS DE FULANITA. On va lui lancer des cacahuètes et danser autour de lui. Il y a aussi des gens qui n'ont jamais fini, et on ne voit pas nos parents nous dire tous les jours : “Comme je suis fier de toi, mon fils, tu ne t'es toujours pas rendu compte que tu n'es pas bon pour ça”. Pas de comparaisons, parce qu'alors nous pourrions mentionner ce camarade qui s'est trouvé comme passe-temps pendant qu'il allait en cours je ne sais quelle merde que maintenant vous étudiez... On va voir qui humilie le plus l'autre.

    Silencie incommode produit après la question :
“¿ en quelle année es-tu ?”: Dis quelque chose, banane, tu as demandé. ¿Ton objectif, c'est te foutre de nous et nous balancer que tu suivais je ne sais quelle matière de merde en pavoisant que t'as réussi toute tes années du premier coup. Ca ne rate jamais, le silence incommode se rompt toujours par :“¿Mais ça fait combien de temps que tu suis ce parcours ?” AUTANT QUE CA EN FAIT, IMBÉCILE. Sufisemment pour déduire rien qu'en te regardant que ton père et ta mère son frères. Et sache que chaque année est comme un horrible enfer dans lequel on te plante des cristaux dans le coeur et on t'arrache les ongles avec des tenailles... Et j'ai les couilles de supporter tout ça ! Alors ne t'avise pas de me juger.

    “Ce que j'étudie aussi c'est très difficile. Tu as juste à travailler plus”: Oh, oui, ton examen de Se mettre un Doigt dans le Cul et le Sentir dépasse largement le programme de matières comme : “Méthodes Numériques pour la Fluidodinamique de Haute Densité d'Energie” (Ingéniérie chimique), “Cytologie” (Médecine), “Droit Romain” (Droit), “Histoire de l'Art Antique” (Histoire de l'Art) ou “Types Abstraits de Données” (Ingeniérie Informatique). C'est que c'est très dûr de te faire faire des partiels qui respectent le programme et ils font la moyenne avec l'examen final... Oh, que c'est compliqué tes affaires, hein ?

Ca laisse à peine le temps de se tourner les pouces et d'avoir la main baladeuse sur la fille d'à côté. Ca doit être que je n'étudie pas ; les examens de cinq heures, les programmes impossibles auxquels mêmes les profs ne comprennent rien ou les questions pièges pour t'enfoncer si tu n'es pas le fils de Fulanita sont de simples distractions de la véritable réalité. ON REUSSIT EN ETUDIANT, MON OEIL !   

    Enfin bref, c'est à peu près tout. Comme c'est un guide basique nous n'avons pas voulu inclure des phrases également très célèbres comme "Voyons, le prof n'est pas aussi salaud que tu le crois !" parce qu'alors là, on en aurait jusqu'à demain... Que ça soit clair :
¡¡¡ LES ETUDES SONT POURRIES, NE NOUS CASSEZ PAS LES COUILLES ET LAISSEZ-NOUS FAIRE A NOTRE RYTHME !!!

Publié dans vaguement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

hervé 01/02/2008 23:15

ne parle pas d'exam' nondidiou grumbl